Black Knight
Ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
Yonex

Hommage à Monsieur Jean-Claude Laprise

6 janvier 2021

Toutes nos sympathies à la famille et aux proches de Monsieur Jean-Claude Laprise, décédé hier, le 5 janvier, à l’âge de 88 ans.

M. Laprise, considéré comme M. Badminton dans la région de Québec, a été intronisé au temple de la renommée de Badminton Québec en 1990 à titre d’entraîneur. D’ailleurs, dans son illustre carrière en tant qu’entraîneur, M. Laprise a notamment été l’entraîneur de Johanne Falardeau et Denyse Julien, deux des plus grandes joueuses de badminton que la province ait connues. Il a été entraîneur pendant plus de 50 ans et a entraîné 26 athlètes qui ont ultimement été champions canadiens.

Son implication et son amour du badminton seront à jamais gravés dans nos coeurs!

Témoignages

Je viens d’apprendre une triste nouvelle, Monsieur badminton vient de décéder. M. Jean Claude Laprise, entraîneur de badminton pendant plusieurs décennies, nous a quittés. Si j’ai eu autant de succès, je dois absolument souligner l’excellent travail de cet homme.

M. Laprise a développé énormément de joueurs dans la région de Québec. Je dirais un grand homme, pourtant il mesurait que 5 pieds. Un coach patient, surtout avec les tout petits. J’aurais tellement de belles histoires à vous raconter… je l’ai rencontré à l âge de 10 ans, je vais bientôt avoir 60 ans… M.Laprise m’a donné des cours privés à la tonne, sans jamais demander d’argent. J’étais comme sa petite fille, il avait tellement confiance en moi, il croyait en moi… même que je le faisais rire avec ma phrase  » je joues tu dans bien vite  » quel mauvais français, mais je n’avais que 10 ans.

Aujourd’hui, il y a une petite partie de ma personnalité qui vient de lui, transmettre l’amour de jouer au badminton, de faire de son mieux, de tout donner et de s’amuser ! Et si la victoire arrive et bien ce sera un bonus. Aujourd’hui je pleure, j’ai vraiment le coeur gros, je n’ai pas eu le courage d’aller vous voir à la résidence, car je trouvais ça trop dur. De vous parler et que vous n’alliez pas me reconnaître, la maladie d’Alzheimer nous a séparés physiquement… . Mais, vous étiez et vous resterez toujours dans mon coeur.

RIP. M. Laprise, mille fois merci pour tout !

Johanne Falardeau – Entraîneur du club de badminton de Québec et plusieurs fois championnes canadiennes

Monsieur Jean-Claude Laprise prenait à cœur le badminton et faisait le tour des écoles pour assurer la pérennité de son club, mais aussi pour trouver ses futurs champions. Très ingénieux, il trouvait toutes sortes de trucs pour faire évoluer le badminton. Exemple, il avait trouvé, je ne sais trop où, une structure d’au moins deux mètres de hauteur, posée sur le sol comme une lampe torchère. On pouvait voir un terrain de badminton sur une face rectangulaire. Monsieur Laprise appuyait sur un bouton et un cercle lumineux pointait sur la portion du terrain qu’il fallait couvrir avec nos déplacements. Il croyait pouvoir développer notre temps de réaction et par le fait même notre vitesse. Cette belle invention m’a beaucoup inspirée. Il m’arrive encore d’y penser.

En bon pédagogue, il avait invité l’entraîneur de l’équipe nationale de la Chine du nom de Zhang Quangming. Après la séance, grand observateur, je revois monsieur Laprise avec ses feuilles dans les mains. Il avait dessiné de nouvelles façons de se déplacer sur le terrain. Nous en avons discuté et nous nous sommes mis à l’ouvrage immédiatement.

Très généreux, il donnait des leçons gracieusement aux moins nantis et parfois, il venait nous chercher ou nous reconduire à la maison, il nous payait un repas ici et là, une raquette et nous trouvait des commanditaires.

Pour la promotion de ses programmes de badminton, Monsieur Laprise était si fier de montrer ces nouvelles brochures. Toujours bien organisés, ses cours de badminton connaissaient du succès, que ce soit pour les adultes, les jeunes ou les joueurs élites.

Monsieur Badminton était convaincu qu’il fallait participer à plusieurs compétitions pour s’améliorer. Il nous inscrivait dans tous les coins du Québec, à Toronto, Calgary, Vancouver et au Nouveau-Brunswick, et ce, presque toujours dans des catégories plus fortes. Derrière sa force tranquille, il y avait une détermination sans pareil. Très futé, il nous lançait des défis sans trop que ça paraisse. Je lui dois mon premier titre junior Canadien, car il avait réussi à contacter un excellent joueur de Calgary du nom de Ron Anderson, qui n’avait pas de partenaire en double mixte. Grâce au génie de Monsieur Laprise, nous avons joué pour la première fois ensemble au Canadien et remporté facilement le titre.

Vous rappelez-vous? ll disait : « Un as » suivi d’un « ptit » rire fier, un déboulé, suivi d’un « ptit » rire fier. Il se frottait souvent le visage, puis il regardait sa montre. Il aimait bien rigoler.

Je suis allée le visiter juste avant la pandémie. Nous avons pleuré ensemble. Bien que nous ayons vieilli, j’ai senti la même force tranquille et le même bien-être qui émanaient de nos rencontres. À ses côtés, je me sentais grande, sereine et fière. Johanne Falardeau l’a si bien souligné : « Il nous donnait confiance ».

Nombreux sont ceux et celles qui ont bénéficié de vos connaissances et vos bons conseils, que ce soit les parents, les entraîneurs et les joueurs.

Monsieur Jean-Claude Laprise, nous vous saluons bien bas. Merci infiniment pour tout !

Reposez en paix.

Chantal Jobin – Entraîneur du club de badminton Rouge et Or de l’Université Laval

Monsieur Badminton nous a quittés. Nos pensées sont avec vous monsieur Laprise. Que de beaux souvenirs me reviennent à l’esprit. Nous avons partagé pendant une quinzaine d’années, notre passion du badminton en étant entraîneurs du Club Sport-Études de Québec. Les entraînements, les compétitions, les voyages étaient des moments privilégiés pour nous tous. Je me souviens à l’hôtel, lors de nos multiples voyages à travers le Québec pour suivre le circuit de compétitions, vous étiez assis, droit, au bout de votre lit, devant la TV et on regardait les nouvelles du sport ou on discutait des performances des athlètes. Ces discussions resteront gravées dans ma mémoire.

Vous m’avez transmis votre passion, pour le coaching, mais aussi pour le badminton. J’étais jeune joueur, vous m’invitiez aux Citadelles, c’était merveilleux. Mon père, qui a joué avec vous des années, avait pleinement cofinance en vous. Les parents de vos athlètes avaient confiance en vous. Ils vous confiaient leurs enfants pour qu’ils puissent vivre des expériences extraordinaires.

La région de Québec et l’ensemble de la communauté du badminton vous remercient pour votre dévouement et votre passion. Un Grand homme nous a quittés et nous sommes tous bien tristes.

Éric Dufour – Directeur des programmes de Badminton Québec

Déjà une semaine que Jean-Claude Laprise nous a quittés… ça fait un grand vide. Même si Jean-Claude n’était plus dans le paysage du badminton actuel, l’âge et la maladie l’en ayant éloigné, il demeure et demeurera pour un grand bout de temps l’âme du badminton à Québec. J’avais une quinzaine d’années lorsque j’ai rencontré Jean-Claude pour la première fois. J’ai été témoin de ses premiers pas comme entraîneurs et un de ses premiers poulains.

En 1973, j’ai  remporté le championnat Canadien junior en simple à Calgary. Bien que j’ai eu la chance de recevoir des conseils de plusieurs joueurs aguerris de l’époque, c’est Jean-Claude, « le coach », notre coach qui a fait de moi le joueur que je suis devenu.  Jamais je ne pourrai le remercier assez et je suis certain que plusieurs joueurs de cette époque se joignent à moi pour lui rendre hommage.  Il fallait voir Jean-Claude sauter sur le terrain, me lever le bras en l’air en signe de victoire et danser.  D’une certaine façon, en gagnant ce tournoi, je l’ai remercié.  Il était vraiment content, nous étions contents.

Jean-Claude était un homme un peu timide, mais très intentionné. Au-delà de son dévouement à faire de nous de bons joueurs, il prenait soin de nous avec plein de petites gâteries. Pas toujours bonnes pour les performances (comme du gâteau au chocolat), mais si bonne pour le moral dans les moments les plus difficiles. Pince-sans-rire, combien de fous rires nous avons eus en sa compagnie!?

Merci Jean-Claude pour tout ce que tu as fait pour moi, pour nous et pour le badminton de Québec. Je n’oublierai jamais.

Repose en paix,

Denys Martin – Représentant Yonex et ancien athlète de haut niveau

Quelques photos de M. Laprise

Si vous désirez rendre hommage à Jean-Claude Laprise en partageant avec nous des photos ou un témoignage, n’hésitez pas à le faire en nous écrivant au info@badmintonquebec.com

X